L’incontinence urinaire une situation peu évoquée

Selon la définition médicale, l’incontinence urinaire définit toute perte accidentelle ou involontaire d’urine. D’après de nombreuses études médicales, nous serions des millions, en France, à souffrir de cette pathologie. Même de petites fuites peuvent être embarrassantes et il est parfois difficile de parler de ce problème.

Un grand nombre de personnes sont touchées

Diverses études ont été menées au sujet de l’incontinence urinaire. Ainsi donc, selon l’ICS (International Continence Society), 10 à 15% des femmes en âge de procréer seraient touchées, contre 5% des hommes du même âge. Mais avec le temps, ces différences entre sexes ont tendance à se gommer. En effet, selon cette même étude, au-delà de 70 ans, autant d’hommes que de femmes sont touchés par l’incontinence.

Les différents types d’incontinence

Il existe à ce jour trois types d’incontinences. Tout d’abord, l’incontinence d’effort, qui survient occasionnellement. Ensuite, l’incontinence d’impériosité qui se caractérise par une envie urgente d’uriner. Cette affection touche principalement les hommes.

Enfin, certaines incontinences sont de type « mixte », c’est-à-dire qu’elles sont à la fois d’effort et d’impériosité.

Selon un rapport sur l’incontinence urinaire remis au ministre de la santé français en 2007, près de la moitié des personnes souffrant de cette pathologie vivent une incontinence d’effort.

L’incontinence urinaire par impériosité touche 10 à 20% de ces patients. Le reste souffre d’incontinence de type « mixte ».

 

Qu’est-ce qui provoque l’incontinence ?

A chaque type d’incontinence, ses causes définies. Dans le cas d’une incontinence d’effort, c’est le relâchement des muscles qui est en cause : celui du muscle qui ferme la vessie, ainsi que celui du périnée. La ménopause ainsi que les accouchements répétés sont souvent les facteurs qui déclenchent ces troubles. Dans le cas de l’incontinence par impériosité, le problème est localisé au niveau de la vessie. Trop sensible, elle ne fonctionne pas normalement et se contracte lorsqu’elle n’est pas pleine. Ce dysfonctionnement est très souvent lié à une maladie, comme une infection urinaire, un polype ou un calcul urinaire.

Comment lutter contre l’incontinence ?

Il existe diverses méthodes pour prévenir et lutter contre l’incontinence. Première solution, muscler son périnée. En renforçant le tonus musculaire, vous pourrez limiter les fuites. Les fameux exercices de Kegel sont très efficaces et conseillés par les spécialistes. Autre solution, celle de limiter la consommation de certaines boissons qui ont tendance à stimuler l’envie d’uriner. C’est le cas des boissons telles que l’alcool, le thé ou le café mais aussi de certains sodas. Essayez de les limiter à deux par jour, l’idéal étant de les supprimer totalement.

Afin de ne pas être gêné pendant la nuit, pensez à ne pas trop boire le soir venu. Votre vessie sera ainsi moins sujette à être tendue. Hydratez-vous de préférence le matin et l’après-midi. Enfin, ayez tendance à éviter la pratique de certains sports. La course à pied, l’aérobic et le volley-ball ont par exemple le défaut de trop forcer sur le périnée. Ces sports sont d’ailleurs souvent déconseillés les semaines qui suivent l’accouchement. Afin de préserver votre périnée, tournez-vous plutôt vers des sports plus doux comme la natation par exemple.

* www.sphere-sante.com/incontinence-information/chiffres-incontinence.html
Pin It

Comments are closed.